La France en Argentine Ambassade de France en Argentine
fontsizeup fontsizedown

 français    Español  

Accueil » Infos Pratiques » Découvrir la France » Brève description » Dossiers sur la France » Economie

La réussite économique du Tour de France

JPEG - 9.5 ko

Le Tour de France partira le 4 juillet de Monaco. Cet événement sportif très populaire en France et à l’étranger met en jeu une organisation complexe et bien rodée, ainsi que des budgets considérables. L’organisateur, une ville et un sponsor racontent…

Le Tour de France est le 3ème événement sportif mondial, après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football. Cette course cycliste suscite un retentissement médiatique international : elle est diffusée par les télévisions de 180 pays. Sont aussi représentés 76 radios de 25 pays et 450 journaux, agences photos, nouveaux médias de 26 pays : soit un total de 3600 accréditations... Quant au site Internet, il a reçu l’an dernier six millions de visiteurs. Le budget du Tour est estimé à 100 millions d’euros environ, provenant pour moitié des droits télévisuels, pour 40 % des sponsors, le solde venant des droits payés par les villes étapes.

Le Tour, c’est 4500 personnes à déplacer, loger et nourrir tous les jours ! 2400 véhicules suivent la course. Et il y a bien sûr le public massé le long du parcours, parmi lequel 20 % d’étrangers. Il faut toute l’expérience de l’organisateur pour gérer ce caravansérail ! Création du parcours, logistique, Amaury Sports Organisation s’occupe de tout, avec le concours des autorités compétentes : autorisations de survol, mesures de sécurité, interventions sur la voirie... ASO crée les produits dérivés, dispose des droits commerciaux, gère les relations avec les villes et les sponsors…

Cette année, le Tour s’arrêtera dans 34 villes étapes, traversera 560 communes et se rendra dans 5 pays étrangers : Monaco, Andorre, l’Espagne (Gérone et Barcelone), la Suisse (Verbier et Martigny) et l’Italie. Cette dimension internationale sera encore accrue en 2010, quand le départ sera donné à Rotterdam.

Chaque année, plus de 250 villes se portent candidates pour accueillir le Tour. A la mairie de Besançon, qui sera ville d’étape pour la 17ème fois, Denis Lazzarotto, chargé de gérer l’évènement, nous confie que « le parcours coupe la ville en deux et qu’il faut déployer des trésors d’imagination pour que la vie normale continue ! Nous avons communiqué sur les déviations afin d’en minimiser l’impact ». A partir d’un « cahier des charges d’une netteté absolue » et en concertation avec ASO, la préfecture, la police nationale et les services de secours, la municipalité a aménagé la signalisation routière, procédé à la réfection de chaussées, posé huit kilomètres de barrières de sécurité et… planté des fleurs jaunes dans les espaces verts. Coût de l’opération : 400 000 euros, dont 100 000 euros pris en charge par l’organisation du Tour. 180 000 euros sont consacrés aux frais techniques directs, le reste se répartissant entre divers postes, dont la communication avec l’édition d’un guide pratique et des animations, un concert, une course cycliste la veille du jour J.

Inattendue mais d’une importance non négligeable pour les responsables de la ville, la première bénéficiaire de l’opération est la communication interne : « Le Tour rassemble, avec un véritable esprit d’équipe et un enthousiasme spontané, des services qui ne travaillent pas ensemble d’habitude », constate Denis Lazzarotto. La principale retombée pour cette ville de l’Est de la France de 120 000 habitants, belle mais peu connue, est bien entendu de nature économique. Les télévisions du monde entier montreront cette année les paysages et les sites culturels de la région. S’ajoute à la promotion touristique l’augmentation substantielle du chiffre d’affaires des hôtels, restaurants, boutiques… L’équipe du Tour compte près de 4500 personnes, et le public est évalué à 500 000 spectateurs dépensant en moyenne deux euros par jour.

Du côté des sponsors, on investit de plus en plus. Pour les quatre principaux, le ticket d’entrée varie entre 3 et 5 millions d’euros. Les autres partenaires officiels alignent entre un et deux millions d’euros. En tout, 28 sponsors achètent le droit exclusif d’utiliser le logo et la carte du Tour dans leur communication externe, interne et à l’international. L’incontournable caravane publicitaire des marques comprend 180 véhicules décorés, qui distribuent 14 millions d’objets siglés.

Un important groupe de distribution, parrain du maillot à pois de meilleur grimpeur, aura 21 véhicules dans la caravane. Les responsables de l’entreprise ont imaginé un plan de communication spécifique et ambitieux. Dans les magasins, afin de toucher la clientèle féminine et évoquer l’Espagne, très présente cette année, les hôtesses seront vêtues d’une tenue signée par un célèbre couturier de la péninsule. Des stands matérialiseront la participation de l’entreprise à l’opération A chacun son Tour lancée par ASO pour sensibiliser les jeunes au sport et à la santé. Avant et pendant la course, des dégustations seront organisées en promouvant les fournisseurs locaux. Des séances de dédicaces avec d’anciens champions sont également prévues, ainsi que la distribution de 400 000 casquettes et 20 000 tee-shirts. « Les retombées sont inestimables en terme d’image et de mobilisation interne, apprécie son responsable sponsoring. C’est un événement fédérateur qui donne de la chaleur à notre enseigne ».

Pourquoi cet engouement populaire et ce succès commercial qui l’accompagne sont toujours présents ? C’est peut-être parce que le Tour de France, au-delà des chiffres, est aussi une grande fête de proximité… gratuite.

Sylvie Thomas

Pour tout savoir :

www.letour.fr


publié le 20 août 2009
 
Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS