Nuit de tango à l’Ambassade de France (4 décembre 2015) [es]

JPEG - 37.2 ko

La milonga organisée par l’Ambassade de France en Argentine, en partenariat avec la Ville de Buenos Aires, s’installe désormais comme une tradition. Après le succès de la première édition, en 2014, Jean-Michel Casa, Ambassadeur de France en Argentine, a rouvert les portes du Palais Ortiz-Basualdo, le temps d’une soirée, le 4 décembre dernier, aux danseurs de tango, argentins et français, professionnels et amateurs.

JPEG - 37.8 ko
Le duo de danseurs des frères du « Filipelli Twins » ©Santiago Nuñez Bonifacino

Cette deuxième édition de la milonga de l’Ambassade célébrait, cette année, les 125 ans de la naissance de Carlos Gardel, icône franco-argentine du tango. Né à Toulouse le 11 décembre 1890, Gardel est arrivé, à l’âge de deux ans, à Buenos Aires, en compagnie de sa mère, Berthe Gardes. Il y fera toute sa carrière, devenant le chanteur de tango emblématique du siècle dernier.

JPEG - 169.8 ko
Les musiciens de L’« Orquesta Típica Sans Souci »Retour ligne automatique ©Santiago Nuñez Bonifacino

Le Directeur du « Festival Buenos Aires Tango », Gustavo Mozzi, avait conçu une programmation exceptionnelle pour cette soirée, aux dimensions des grands salons de réception de l’Ambassade de France, rythmée par plusieurs orchestres et de nombreuses démonstrations de tango.

La DJ « Vivi la Falce » a ainsi introduit la soirée, suivie par le chanteur Juan Villareal, dont la musique rappelle, en hommage à Carlos Gardel, les profondes origines « porteñas » du tango. Le célèbre orchestre « Sans Souci » – dont le nom rend hommage à la salle de tango ouverte, rue Caumartin, à Paris, au début du 20e siècle, ainsi qu’à la célèbre chanson éponyme – a fait voyager les invités dans le Buenos Aires des années 1920.

JPEG - 45.1 ko
Le chanteur Juan Villareal rendant hommage à Carlos Gardel ©Santiago Nuñez Bonifacino

Trois démonstrations de danse, assurées par les frères jumeaux Germán et Nicolas Filipelli, suivis par le jeune couple Fernando Gracia et Sol Cerquides, ainsi que par les mythiques Gloria et Eduardo, dont la contribution à la renaissance du tango argentin et à sa diffusion à travers le monde a été considérable, ont accompagné la soirée.

JPEG - 35.5 ko
Les danseurs Gloria et Eduardo ©Santiago Nuñez Bonifacino

Cette deuxième édition de la milonga de l’Ambassade a également été l’occasion de célébrer la toute récente inscription, par l’UNESCO, du « filete », au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité : cette technique picturale traditionnelle vise, tout comme le tango, à exprimer une toute l’identité culturelle porteña, propre à la ville de Buenos Aires, les idoles populaires, telles que Carlos Gardel, ayant notamment fait l’objet de milliers de représentations.

JPEG - 192.2 ko
« Filete » représentant Carlos Gardel ©Santiago Nuñez Bonifacino

Plus de 300 invités du monde du tango et de la culture, ainsi que de la communauté diplomatique étaient présents, parmi lesquels Hernán Lombardi, ancien Ministre de la Culture de la Ville de Buenos Aires, nouveau Secrétaire d’Etat en charge des Medias Publics, au sein du gouvernement du Président Mauricio Macri, l’Ambassadeur José Ignacio Salafranca, Chef de la Délégation de l’Union européenne en Argentine, Teresa Castaldo, Ambassadrice d’Italie, ou Carmen Podgorean, Ambassatrice de Roumanie.

JPEG - 38.5 ko
Gustavo Mozzi, Directeur du Festival de Tango de Buenos Aires, Hernán Lombardi, Secrétaire d’Etat en charge des Medias Publics, Jean-Michel Casa, Ambassadeur de France en Argentine, entourés de Gabriela Ricardes, Directrice du festival « Polo Circo », et de Jean-François Guéganno, Directeur de l’Institut français d’Argentine ©Santiago Nuñez Bonifacino
JPEG - 144.7 ko
« Chacarera », musique folklorique traditionnelle du nord-ouest de l’Argentine (très influencée par les rythmes amérindiens, et qui clôture traditionnellement les nuits de milonga) ©Santiago Nuñez Bonifacino

Dernière modification : 06/01/2016

Haut de page