Signature de l’accord franco-argentin de reconnaissance mutuelle des diplômes (Rosario, 30 mars 2015) [es]

JPEG - 3.6 Mo
J. Peeters, Vice-président de la Conférence des Présidents d’université française, E. Crépon, Vice-présidente de la Conférence des Directeurs des Ecoles françaises d’ingénieurs, J-M. Casa, Ambassadeur de France en Argentine, D. Maiorana, Président du Conseil Interuniversitaire national argentin, A. Caballero, Secrétaire aux Politiques universitaires au Ministère de l’Education argentin, J-C. Mena, Président du Conseil des Recteurs d’universités privées

La coopération universitaire franco-argentine a franchi une étape historique, le 30 mars dernier, à Rosario (province de Santa Fe, dans le centre du pays), grâce la signature d’un accord de reconnaissance mutuelle des diplômes entre nos deux pays. Cet évènement majeur des relations universitaires et scientifiques entre la France et l’Argentine a réuni, pour la partie argentine, l’ensemble du Conseil Interuniversitaire des Universités publiques et l’ensemble de ses recteurs, ainsi que la direction de la Conférence des Recteurs des Universités privées. Pour la partie française, Elisabeth Crépon, Vice-présidente de la Conférence des Directeurs des Ecoles françaises d’Ingénieurs, et Jean Peeters, Vice-président de la Conférence des Présidents d’Université, ont effectué spécialement le déplacement, témoignant ainsi, en présence de l’Ambassadeur de France en Argentine Jean-Michel Casa, et du Secrétaire aux Politiques Universitaires du Ministère de l’Education argentin, Aldo Caballero, de l’importance de l’événement et de l’engagement des conférences universitaires françaises et argentines pour le développement de la coopération universitaire.

JPEG - 2.1 Mo
Intervention de Jean-Michel Casa

Comme l’a souligné l’ambassadeur Jean-Michel Casa lors de son intervention, cet accord bilatéral de reconnaissances des titres d’éducation supérieure résulte d’un dialogue soutenu entre le Ministère français de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le Ministère argentin de l’Education, en lien avec les structures d’enseignement supérieur des deux pays. Ce dispositif permettra de renforcer en profondeur les échanges, déjà nombreux, entre étudiants, professeurs et établissements français et argentins.

En facilitant la comparaison et l’interprétation des diplômes obtenus et des cursus universitaires réalisés, ce nouvel outil constitue un véritable atout pour promouvoir la mobilité étudiante entre la France et l’Argentine. Il vient consolider les affinités entre les systèmes universitaires français et argentin, dont la vitalité s’exprime par l’échange de milliers d’étudiants chaque année, le plus souvent en mobilité dans le cadre de programmes appuyés par le Poste visant la conformation de réseaux d’établissements français et argentins. On estime à près d’un millier le nombre d’inscriptions annuelles d’étudiants argentins dans les établissements français d’enseignement supérieur (ce qui place la France au 4e rang des destinations internationales privilégiées par les étudiants argentins), tandis qu’un flux équivalent - et sans doute même supérieur- d’étudiants français s’oriente, dans le même temps, vers les établissements argentins.

PNG - 657.9 ko
Interventions d’Elisabeth Crépon, Vice-présidente de la Conférence des Directeurs des Ecoles françaises d’ingénieurs et de Jean Peeters, Vice-président de la Conférence des Présidents d’université française

La modernité et la qualité des enseignements proposés, en France comme en Argentine, en matière d’éducation supérieure, favorisent, comme l’ont souligné l’ensemble des intervenants, le maintien et le développement d’excellentes relations bilatérales dans le domaine universitaire. Ces relations reposent, en particulier, sur la mise en réseau des établissements français et argentins, par le biais de leur participation conjointe à des programmes de mobilité encadrée et de la signature d’accords de coopération entre établissements.

La coopération universitaire se traduit concrètement par de la mobilité étudiante et professorale, par la mise en place de parcours de formations similaires, visant la délivrance de double-diplôme, et enfin par le développement de relations non seulement académiques mais aussi scientifiques.

L’accord historique signé à Rosario facilitera grandement le dialogue entre établissements, l’insertion des étudiants étrangers dans les cursus des établissements du pays partenaire ainsi que la reconnaissance des périodes d’études à l’étranger en vue de la poursuite des études.

Tant Elisabeth Crépon, Directrice de l’ENSTA et Vice-présidente de la CDEFI, que Jean Peeters, Président de l’Universitaire de Bretagne-Sud et Vice-président de la CPU, ont souligné dans leurs interventions que cette signature était une étape essentielle dans la coopération universitaire et un point de départ pour des relations plus ambitieuses encore.

JPEG - 1.4 Mo
Ville de Rosario : le "Monument au drapeau", avec vue, au loin, sur le fleuve Paraná

Télécharger le texte de l’accord (608 Ko)

Dernière modification : 23/04/2015

Haut de page